Détails du projet

2011

Griffintown

Description

Le concept puise dans l’évocation des forces dynamiques, passées et actuelles qui ont modelé le site. Celles-ci sont suggérées dans la morphologie résultante à travers le principe de l’érosion et de la stratification qui inlassablement, redéfinissent les paysages et les lieux.

On évolue sur le site par le prolongement de l’ancienne rue Wellington, attiré par la percée visuelle cadrée par les piliers de la voie ferrée surélevée, d’où on devine le déploiement de la Promenade et sa succession d’évènements et d’ambiances. Un volume de verre habitable d’où émane une lumière colorée, enveloppe une portion de la colonnade et marque l’entrée nord du site.

En procédant vers le sud, on émerge de sous le viaduc et on découvre la zone centrale marquée pas sa succession de plans d’eau, de volumes sculptés, de plans inclinés et d’ambiances lumineuses. À ce point, les marcheurs se mêlent aux cyclistes qui ont maintenant l’option de se diriger vers la rue Wellington depuis le passage de la rue Peel. Le tracé de l’ancienne voie ferrée, qui traverse le site, est évoqué par la succession continue des lampadaires. L’histoire se révèle en scrutant le fond des bassins d’eau, qui tel un symbole de la stratification historique, a été mis à jour par l’érosion des talus provoquée par le ruissellement constant de la chute, symbole du passage du temps, de la dynamique industrielle passée et de la pression de développement actuelle et future.

Arrivé au «Square Gallery», on découvre une place animée, habitée, dont les jeux d’eau rappellent la proximité du canal Lachine. Des projections viennent agrémenter l’expérience du lieu en ayant l’ancienne gare d’aiguillage comme fond de scène ou d’écran. La place se soulève, tel un promontoire, pour permettre une saisie de la Promenade à rebours et ainsi générer l’envie de l’arpenter de nouveau.